21 octobre 2009. Québec. Deuxième et dernière journée du colloque Génération C. Compte rendu en accord avec mon champ d’intérêt : La présentabilité.

Site Web du Colloque Génération C

Twitter en direct
Un changement depuis hier. Le nom des « Tweeters » apparait maintenant à l’écran. J’avais relevé ce manque dans mon billet précédant. Un autre bon point pour le CEFRIO.

Deuxième amélioration. Michel Dumais, l’animateur du premier atelier interagit avec les « Tweets » à l’écran et avec les « Tweeters » dans la salle. C’est dynamique et vivant.

Malheureusement, ce sera le seul présentateur a vraiment exploiter Twitter. Le reste du temps, on sent un clivage entre le monde réel et le monde numérique. Tel que mentionné par un participant : « On se sent dans un monde parallèle ».

Genration C - Noms

J’espérais plus d’intégration et d’interaction avec Twitter. D’ailleurs, les organisateurs du congrès mon indiqué que deux moniteurs installés devant la scène permettaient aux conférenciers de voir les commentaires sur Twitter. C’est donc le niveau de confort des conférenciers qui a été déterminant.

Est-ce que nous assisté à une manifestation des différences générationnelles? Est-ce qu’un conférencier de 20 ans aurait eu une relation différente avec l’écran affichant les messages de Twitter?

À la défense des conférenciers, plusieurs participants (dont moi-même) ont souligné l’effort d’attention requis pour rester concentré sur la présentation ET sur Twitter en même temps.

Puisqu’il faut beaucoup de concentration pour donner une bonne conférence devant 500 personnes, nous pouvons supposer que les conférenciers ont choisi la sécurité plutôt que le risque.

Si l’occasion se présente pour moi de donner ce genre de conférence, je vous ferai part de mes impressions. D’ailleurs, je me demande ce que ressent un conférencier dont une partie de l’auditoire est penché sur un clavier.

 

Un choc des cultures – l’atelier sur Éducation
Nous avons eu l’occasion d’assister en direct à un authentique choc des cultures durant cet atelier.

Trois conférenciers de milieux et de générations variés discutaient de l’utilisation des TI dans l’éducation postsecondaire.

Le premier à prendre la parole était Kaçandre Bourdelais de l’Unversité Laval. Un pur « C ». Sa présentation était dynamique, vivante, intéressante, captivante. Il utilisait un diaporama à l’écran en support de sa conférence.

Toutefois, un léger pépin technologique retarda le début de sa prestation. Cet élément fut souligné par la conférencière suivante Hélène Martineau de l’Association pour les applications pédagogiques de l’ordinateur au postsecondaire (APOP). Une pure génération……Soyons galant…d’une génération précédente.

Elle exhiba avec fierté des copies papier de son unique diapositive qu’elle distribua à tous, en soulignant la fidélité de ce type de support. Au grand dam de certains participants. « On va la digitaliser à la maison »

J’ai trouvé que ça illustrait bien une citation utilisée par M. Bourdelais : ” Chaque génération se croit plus intelligente que la précédente et plus sage que la suivante “. – George Orwell

Ensuite, Mario Asselin d’Opossum, s’est livré à une sortie en règle contre le conformisme à l’école qui étouffe la créativité des jeunes. Considérant que le Québec se vend à l’internationale comme une pépinière de créativité (pensons notamment au Cirque du Soleil) c’est un point de vue qui mérite une réflexion et un débat. Voir le Billet de Mario

Genration C - Mario Asselin
J’aimerais donner le crédit à quelqu’un d’autre pour cette mauvaise photographie de Mario Asselin. Malheureusement, c’est bien moi qui l’ai prise.

 

Réflexions entendues :

  • À l’époque, il y avait des affaires à l’école qu’il n’y avait pas à la maison. Aujourd’hui, c’est le contraire.
  • Aisdons les jeunes à développer leur sens du jugement critique.
  • On doit devenir des bons poseurs de questions plutôt que des bons donneurs de réponses.

 

Une extraordinaire démonstration d’animation
Mon coup de coeur du congrès. Juste après le diner, au moment du dessert, Joël Leblanc de la Boite à science est venu donner une leçon d’animation magistrale. Sur le plan de la présentabilité, il a été impressionnant.

Son but : nous démontrer comment la boite à science s’y prend pour éveiller, chez les jeunes, l’intérêt pour la science et la technologie.

Je vous rappelle que c’est l’heure du diner, que les gens discutent et qu’il faut vraiment être intéressant pour capter l’attention de ce type d’audience.

Et pour être intéressant, il fut intéressant. Il a même réussi à transmettre à la foule un mot codé en langage binaire avec un mécanisme imitant la fibre optique??!!!?? Faut le faire!

Genration C - Joel Leblanc

Imaginez une foule de 400 personnes totalement silencieuse, sauf pour identifier en coeur la transmission lumineuse. 1 —- 0 — 0 — 0 — 1. C’était de la pure magie.

 

Observations diverses :

  • Entendu : Il va falloir redéfinir le sens de la vie privée – Félix.
  • Entendu : La protection de la vie privée est une préoccupation de grand-papa.
  • Échangé des idées avec Alain Lévesque. Une autre personne à connaitre.
  • Un tour de force. Une équipe a L’équipe de Chétikoi.tv, avec l’aide de David Martel et de Fanny Vermandele a réussi à créer un reportage DURANT l’évènement et à nous le présenter en clôture du congrès. Hyperlien à venir. Mise à jour : La vidéo vient d’être mise en ligne.

 

  • Agréable diner avec Christian Martin président de l’ISIQ qui était intervenant à la table ronde de l’après-midi. (3e sur la photo)

Genration C - Pascale Soucy, Mario Asselin, Christian Martin, Denis François Gravel

De gauche à droite : Denis François Gravel, Mario Asselin, Christian Martin et Pascale Soucy.

 

Être sérieux tout en ayant du plaisir
PascaleSoucy et moi avons profité de la technologie pour nous amuser un peu.

Genration C - jour 2 014

 

 

Mes coups de coeur

  • Joël Leblanc de la Boite à science.
  • Danah Boyd de la Microsoft Research New England
  • Justin Kingsley de l’Agence BW

 

Des félicitations
Toutes mes félicitations à l’équipe du Cefrio. Il faut souligner la qualité du contenu et de l’organisation. Ci-dessous, une partie de l’équipe

Genration C - Jacqueline Dubé, Jean-Sébastien Grenon

- Jacqueline Dubé, Présidente & Jean-Sébastien Grenon Directeur
des ressources informationnelles

Je souligne encore une fois l’audace du CEFRIO et des conférenciers pour avoir affiché en temps réel et sans censure les commentaires des participants via Twitter. Ce fut un pari payant.

 

Quelques perles pour terminer

 

Genration C - Perle sécurité Perle - Genration C - Mme Dubé

Perle - Distance

Perle - Chuck Norris

Perle - C'est fini

 

Mise à jour : L’ensemble des échanges sur Twitter est maintenant disponible dans un fichier PDF grâce aux efforts de Sylvain Bérubé (@Slyberu). Cliquez ici pour télécharger le document. Je vous invite à consulter le compte rendu de Sylvain sur son blogue et à lui laisser un commentaire pour le remercier de son travail.

.

Mon compte rendu de la première journée

 

 

Publié par Denis François Gravel

Retour à la page d’accueil

 

 

Colloque « Génération C »
Aujourd’hui débutait à Québec le colloque international « Génération C » organisé par le CEFRIO. Compte rendu et observations.

bandeau_colloque

 

Mise en garde
Pour les nouveaux lecteurs, ce blogue traite de la « présentabilité ». C’est-à-dire : l’habileté à présenter ses idées, son organisation, ses produits, sa personne.

C’est donc sous l’angle de la présentabilité que je vous présente un bref survol du colloque.

 

Un évènement de qualité
Félicitations à l’organisation de cette première journée. Tout y était. Qualité des présentations, Qualité du contenu, excellents conférenciers, bonne logistique.

 

Un évènement branché 
Le nombre de participants ayant apporté leur ordinateur portatif est étonnant

GénérationC (12)

 

La pièce de résistance : Un écran géant affiche les « gazouillis » ou « Tweets » derrière les conférenciers. Pour le technotripeux que je suis, c’est extrêmement stimulant.GénérationC (13)

Ce type de dispositif est de plus en plus en vogue aux États-Unis. Mais, c’est la première fois que j’ai la possibilité de l’utiliser dans le cadre d’une conférence.

Toutefois, j’avais un peu expérimenté le concept lors du festival d’été. Voir : I had 15 seconds of fame at Quebec City summer festival

 

Surpris par les dignitaires
Je m’attendais à des discours pompeux et ennuyeux de la part des présidentes d’honneur : Mme Dominique Vien, ministre des Services gouvernementaux (Québec) et Mme Liliane Laverdière, présidente de la Chambre de commerce de Québec et vice-présidente, Développement des affaires à la vice-présidence Relations gouvernementales, Mouvement Desjardins, Québec.

À ma grande surprise, toutes deux ont été intéressantes et pertinentes. De toute évidence, elles avaient pris le temps de bien se préparer et leurs allocutions ont mis la table pour le reste de la journée.

 

Les risques de l’interactivité
Pendant l’allocution de Mme Viens, j’ai eu un échange avec @MarioAsselin au sujet de l’écran affichant les « Tweets ».

  • Mario Asselin : Chapeau au Céfrio de prendre le risque des écrans qui affichent les gazouillis à la salle où sont les participants
  • Moi : Crois-tu que les "gazouillis" sont filtrés avant l’affichage sur l’écran devant la salle?
  • Mario Asselin : Je ne crois pas; j’avoue que ça me donne le vertige. Une ministre qui parle avec ça au dessus de la tête= du jamais vu.
  • Moi : Effectivement. Afficher les "gazouillis" en direct sur un écran au dessus d’une ministre ouvre la porte à des excès.

Était-ce de la prémonition? Ou plutôt un avant-gout de ce que la génération C et le Web 2.0 nous réservent?

Au moment même où la ministre nous entretient des services gouvernementaux, le message suivant apparait à l’écran derrière elle.

GénérationC (16)

Savoureux!!!

Je félicite le CEFRIO et les différents conférenciers d’avoir accepté d’afficher en direct les commentaires des participants. Il s’agit d’une utilisation fascinante de la technologie.

Il serait dommage que le CEFRIO ou la ministre s’offusque et remette en question l’utilisation de Twitter durant des allocutions simplement à cause de cette anecdote.

 

La prêtresse
Danah Boyd est une excellente oratrice qui a captivé l’auditoire. Elle maitrise son sujet. Elle est dynamique et elle part vite. Très vite. D’ailleurs, Mario Asselin l’a baptisée  la Louis-José Houde des «social networks».

Question de @OlivierGrondin: Danah when do you breath in your presentation? Délicieux sur un écran géant.

Un excellent compte rendu de la conférence de MMe Boyd est disponible sur le site Infobourg.com

 

Résultats de l’étude
Un résumé des résultats de l’étude est disponible ici (PDF)

 

Atelier 3 – Volet consommation
J’ai choisi cet atelier pour avoir le plaisir d’entendre en personne Michelle Blanc. Comme toujours, elle fut pertinente et intéressante. Bon choix.

Michelle était copanelliste avec, Justin Kingsley, un excellent conférencier. Il a réussi à me convaincre que Jésus était un blogueur. C’est vous dire!

 

Observations diverses :

  • Michelle Blanc avait rendu disponible sa présentation AVANT sa conférence. Pratique peu courante, mais très appréciée. Très courageux de sa part.
  • J’ai eu le plaisir et le privilège de converser "en personne" avec @MarioAsselin. Il est aussi intéressant que sur Twitter
  • Félicitation à Taïeb Moalla (@moalla) du Journal de Québec. C’est loin d’être évident d’assister à un colloque et résumer le tout en ligne.
  • Remerciement spécial à Suzanne ??? qui a gentiment accepté de me passer son adaptateur électrique pour que je puisse recharger mon ordinateur.
  • Selon le site Twirus.com, le tag le plus utilisé dans la francophonie aujourd’hui a été #genc le code
  • J’ai eu le bonheur de diner avec @pascalesoucy. Une personne à connaitre.
  • Je me demande comment se sent un présentateur lorsque la moitié de la salle "pitonne" sur un ordinateur portatif?
  • Quelqu’un sait s’il est possible de connaitre le nombre de "Tweets" généré aujourd’hui avec le hashtag #genc?

 

 

Des améliorations
Bien que cette première journée fut excellente, elle n’était pas parfaite. Quelques éléments à améliorer

  • Les documents ne sont pas encore disponibles sur le site du CEFRIO (21h15).
  • Des prises électriques sur les tables auraient été appréciées. Heureusement, @isatruc nous a fourni une solution alternative.
  • Les avatars et les noms des « Twitters » devraient être plus gros sur l’écran géant.
  • Nous aurions aimé que le CEFRIO nous réponde en temps réel sur Twitter.

 

Quelques perles pour terminer

GénérationC (19) GénérationC (27)

GénérationC (30) GénérationC (31)

 

Le colloque se poursuit demain. Espérons que cette deuxième journée sera aussi stimulante.

 

Mise à jour : le compte rendu de la deuxième journée est maintenant en ligne.

 

Publié par Denis François Gravel

Retour à la page d’accueil

 

Sometimes, the best way to explain an emotion or a concept is a good image.

Here is a fantastic tribute to Polaroid. Pure genius. It is from Phil Jones, a designer from Minneapolis. He was inspired by this article about the slow death of Polaroid.

Print

Click on the picture for a larger version.

 

Words are strong. Images are stronger.

The next time that you prepare a speech, look at your slide. There will probably be too much text. Reduce it and replace with strong picture. You will have a better emotional connection with the audience.

 

Share with me: Which genius illustration have you used or saw lately?

 

Related posts:

 

Posted by Denis François Gravel

Return to front page

 

It is hard for the human brain to conceptualize huge numbers. It is simply out of reach. If you present huge numbers to an audience, you have to keep that fact in mind.

As a speaker, we need to translate those numbers into something more concrete, understandable, digestible.

Today, I came across this illustration of the size of the Internet. It gives the answer for the question: How big is the Internet? It is named: If you printed the Internet. It is a good example of huge numbers translation.

 

Printing-the-internet-bed1

 

Printing-the-internet-printer

Those illustrations are effective because they translate the numbers in something we know. Minutes, days, years.

Sometimes, the numbers are still too big after being transposed. We need a second transposition.  3 800 years doesn’t mean anything to me. It is too big.  Imagining Ancient Babylonians with inkjet printer is more effective. That comparison is talking to me.

While presenting data in a document or, while speaking, we must translate it to be reachable. We have to put it at audience level.

Best, adapt the example to your audience. If you’re talking to car dealers, tell them: If you printed the Internet, you will have enough paper to fill the trunk of 12 000 cars (I am guessing). How big is 12 000 cars? Bumper to bumper, it is a 66 km long file. THAT means something to car dealers.  (Adapting your speech to an audience – blog post: Put your audience glasses)

In your next speech, make your number digestible and adapt your example to your audience.

Other illustrations in the complete post of: If You Printed The Internet …

 

Share with me: What good adaptation of huge numbers have you done lately?

 

Related posts:

 

Posted by Denis François Gravel

Return to front page

Source: @DesignerDepot

I watched this presentation on slideshare today. It’s about the details that differentiate sexy and « slutty ».  Sorry for « slutty ». It’s the name of the presentation.

The presentation made me think.

When trying to seduce or to be likable, their is a line that we must respect.

I suggest that you watch the presentation and that you share it with your teenagers.

For those of you who read french, @MarioAsselin wrote an excellent post about this today : Séduisante ou agace: c’est quoi la différence? Mario was working in school and he share his experience.

 

Share with me: What is your reaction after seeing this presentation?

 

Posted by Denis François Gravel
Technorati Tags: ,,,,

 

Return to front page

Follow

Get every new post delivered to your Inbox.